La France a besoin de « sérieux » : Macron, c’est NON !

francois-fillon-2017Après avoir de longue date perdu son panache pour devenir pour nos voisins et nous-mêmes source de dérision, la France a maintenant besoin de sérieux. Elle n’a dans cette optique que peu de prétendants et ce n’est pas le plus en vogue aujourd’hui, porté par ses thuriféraires médiatiques, qui lui rendra sa dignité et son aloi.

Depuis près de 5 ans, la France est abusée par le mensonge d’un parti socialiste qui l’a mise en coupe serrée, comblant de bienfaits ses seuls électeurs au mépris de tous les autres, sans égard pour sa culture, ses traditions, ses coutumes qui sont chaque jour bafouées au nom d’un « vivre ensemble » qui ne signifie désormais plus RIEN. Une France « dirigée » par un chef de parti qui aura mis quatre ans à admettre qu’il n’était plus « attendu », et pour cause et qui, tel le traître biblique « s’en lave les mains ». Une France minée par un chômage persistant, des dépenses somptuaires mais surtout inutiles, une fuite de cerveaux et de leurs capitaux. Une France écorchée, fracturée, écoeurée du gâchis que lui ont fait subir les idées fausses, un sectarisme exacerbé, les promesses incongrues et intenables et, le PIRE sans doute, une ruineuse et écrasante bureaucratie.

Le prétendant « en vogue » auquel « on » se rallie de tous côtés à ce qu’il semble, n’est pourtant, qu’on se le dise, que le nouveau fer de lance de ce parti, de son chef et de ses œuvres. C’est bel et bien par LUI qu’il a d’abord été mis en place, installé et conforté. Macron est le fils putatif et successeur désigné de Hollande, que cela soit bien clair, pour ceux qui en douteraient encore.

La valeur n’attend point le nombre des années, sans aucun doute, mais il ne s’agit pas ici d’un honneur à défendre : Sauver la France était l’ambition (méprisée) de M. Sarkozy qui n’avait plus rien à prouver. C’est aussi celle (reconnue) de M. Fillon qui aurait pu tout aussi bien se retirer du jeu sans proposer une véritable alternative

Ce n’est pas celle de M. Macron qui voudrait sur le trône édifier SON avenir. Et pour lui, c’est juste une PLACE À PRENDRE. Avant quarante ans.

Soyons sérieux, il est temps. La France mérite nettement mieux. Et Elle le sait.

Publicités

Les emplois « durables » de Mme Royal avec « tenue correcte exigée »

image TF1

Ségolène Royal, image TF1

Je ne sais ce qu’il faut penser du récent engagement de Mme Royal de proposer, d’ici trois ans, 100.000 emplois dans le secteur qui vient de lui être confié et qu’elle gérera, il faut l’espérer, avec plus d’à propos que ne l’a fait dans le Logement l’écolo-trotskyste Cécile Duflot, à cause de qui le bâtiment, et pas seulement, ne va plus très bien.

Les commentaires que la nouvelle a suscités dans « la Charente Libre » sont particulièrement édifiants puisqu’ils émanent de ses « sujets » poitevins, qui la connaissent bien. Mais enfin, nous ne pouvons tout de même pas nous plaindre de voir cette « nouvelle » ministre dans son rôle : promettre des résultats à ceux qui en attendent encore. Et qui voudraient bien pouvoir y croire. Après tout, si cela ne vient pas d’elle, il se trouvera peut-être, et même sans doute, des gens de bonne volonté mais surtout courageux pour les créer, ces emplois de demain.

Quant aux employées de son Ministère dont la presse s’étonne qu’on puisse leur reprocher quelques excès vestimentaires, eh bien je l’approuve entièrement moi, Mme Royal : on ne vient pas travailler au service de l’Etat en grand décolleté. Le quotidien d’une fonctionnaire n’est pas celui d’une présentatrice de plateau télé, il ne faut pas mélanger les genres. Elle le sait bien, Mme Royal : candidate à la Présidence, elle avait réussi à s’attifer comme une employée de maison de retraite, pour séduire le « peuple de gauche » . Maintenant qu’elle est devenue Ministre du père des ses enfants, elle est plutôt dans le style Chanel. Elle sait toujours très bien ce qu’elle fait, Mme Royal. Dommage qu’on ne lui ait pas confié le Ministère de la Justice. Elle n’aurait au moins pu y faire pire que son actuelle locataire.