La guerre sans fin des enfants d’Abraham (bis)

C’est ce que j’écrivais déjà en janvier 2009, et je n’ai malheureusement rien à en retrancher : « Une guerre récurrente qui fait chaque jour, et en cette nouvelle année plus encore,  l’objet  de sinistres nouvelles.

Pourquoi d’ailleurs cesserait-elle, dès lors qu’elle est portée par une haine incoercible et millénaire, qui surpasse toujours les efforts portés par quelques uns et des plans de paix qui jamais n’aboutissent ?

Depuis soixante ans qu’il existe, l’Etat d’ Israël a su faire, au milieu des conflits,  fructifier  une terre aride,  éduquer ses enfants, leur donner de créer, dans l’effort et la peine mais, aussi, dans la liberté de sa démocratie, une réussite économique et sociale enviable, une prospérité  perçue sans doute, ailleurs,  comme insolente, puisque, dans cet ailleurs voisin, elle n’a jamais été atteinte.

Il y a en Palestine comme partout des hommes de bonne volonté qui grâce à Dieu, échappent à cette haine primale fondée,  souvent,  sur l’envie et la cupidité, presque toujours sur la différence et le déni.  Grâce à Dieu, dis-je, celui d’Abraham et donc celui des Juifs,  des Chrétiens, et des Musulmans.

O combien désunis, ces enfants d’Abraham…..

Comment les hommes pourraient-ils prospérer dans une Palestine en proie à ses propres fractures,  pour partie galvanisée par un fanatisme religieux qui  ne tend qu’à aliéner ses libertés ? Dans quel but, quelles perspectives, sinon d’éliminer son proche voisin. Le tuer, le détruire.

Israël a de son côté pour devise de ne jamais revivre  Massada

Que peuvent les hommes de bonne volonté accablés par  les coups, presque toujours mortels,  des ripostes  qui suivent les provocations, si ceux qui les dirigent n’acceptent pas, un jour, de se réconcilier ? C’est bien sur cette base, comme le rappelle ici Simone Veil  que s’est construite l’Europe, qui vit en paix.

Il n’est pas vain d’espérer que ces deux Etats, dont l’un n’est que partiellement reconnu, puissent enfin, quelque jour lointain, simplement voisiner. »

Encore faut-il se donner les moyens d’y croire, et de croire, surtout, qu’Israël est plus que jamais une terre de liberté et de démocratie dans une région où celles-ci font particulièrement défaut et où tout est mis en oeuvre pour que la Loi coranique  règne en maître,  au détriment de toutes les autres, et pour l’asservissement de tous.

Publicités

2 réactions sur “La guerre sans fin des enfants d’Abraham (bis)

  1. On ne peut parquer plusieurs millions de personnes et leur ôter leur nationalité sans qu’il y ait une réaction.

    Les habitants de la Palestine ont été submergés par une invasion de juifs armés. Chez-eux, les Palestiniens ont été délogés, refoulés aux frontières du désert. Ils ont été assujetis.

    Imaginez 50 millions d’Africains rejoignant les 20 millions qui habitent en France et parquent les autochtones. Les Français se laisseraient-ils faire ou résisteraient ?

    Voilà où en est la Palestine. G.

    J'aime

Ajouter un commentaire ou me contacter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s