Qui sont-ils, ces 63 % de Français qui ne croient pas à l’acharnement mené par la Justice contre M. Sarkozy ?

gardeavueC’est bien ce que j’aimerais demander à l’institut de sondage qui l’affirme aujourd’hui. Cet homme là, M. Sarkozy, fait depuis son plus jeune âge (il était Maire de Neuilly à 28 ans) l’objet d’une attention sans faille de tous ses « ennemis de classe », au nombre desquels une certaine presse ne fait pas défaut. Trente ans et plus de vie politique menée au nom d’une seule conviction : celle que la liberté d’entreprendre est la seule constante qui permette à un Etat démocratique d’assurer à l’ensemble de sa population – et de lui conserver, une certaine prospérité. Cette liberté-là dérange ceux qui sont convaincus que seul l’Etat, son service et ses règles peuvent le faire, sur le dos de quelques-uns. C’est au fond et en simplifiant très fortement, ce qui distingue la « droite » de la « gauche ».

Nicolas Sarkozy est de droite. Comme l’était d’ailleurs Georges Pompidou qui fit lui aussi l’objet de cabales finalement sans objet qui ne visèrent, à travers sa femme, qu’à le démolir. Qui s’est jamais demandé d’où était parti le cancer qui l’a rongé ?

Je trouve pour ma part que M. Sarkozy a bien du courage. Depuis le temps qu’une certaine presse lui « tombe dessus », qu’on tente de l’impliquer dans des scandales, des « affaires » dont rien n’a encore jamais prouvé qu’ils avaient d’autre fondement que la base de rumeurs toujours facile à faire courir.

Il a eu raison de le rappeler hier soir. Il a de toute évidence été moins bien traité que la plupart des vrais délinquants. Il a été volontairement humilié comme le pire des prédateurs, ce qu’il n’est pas et n’a jamais été. Il a mené cinq ans notre pays en faisant face à la pire crise financière que le monde ait connu depuis des décennies et en nous en évitant le pire, où son successeur est en train de nous enfoncer.

Tous les gens de pouvoir, quel qu’il soit, sont sollicités pour procèder à ces « petits arrangements » que sont les «placements» d’amis ou de leurs enfants. Certains y répondent. Nous voyons presque chaque jour comment certains anciens membres de gouvernements sont ainsi « recasés », le plus souvent à leur avantage et au détriment de personnes plus compétentes. Je ne citerai personne.

Aller – entre autres- accuser l’ancien Président de la République de « trafic d’influence » au prétexte qu’il aurait (ce qu’il a démenti hier soir) interféré pour le transfert à Monaco d’un magistrat qui n’y a de surcroît jamais été nommé, c’est tout de même faire bien peu de cas de la personne et de sa fonction.

Il me semble aujourd’hui évident que 63 % des Français ont été depuis des années amenés à considérer Nicolas Sarkozy comme un homme à abattre, par tout moyen, parce qu’ainsi en ont décidé ses ennemis. Leur réaction épidermique et irréfléchie en témoigne, car ils ne l’ont pour la plupart même pas écouté, persuadés d’avance d’avoir raison, puisque tel est l’avis de leurs mentors.

Publicités

Une réflexion sur “Qui sont-ils, ces 63 % de Français qui ne croient pas à l’acharnement mené par la Justice contre M. Sarkozy ?

  1. Pingback: Qui sont-ils, ces 63 % de Français...

Ajouter un commentaire ou me contacter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s