Tout doit disparaître……

toutdisparC’est la formule qui me vient désormais à l’esprit chaque matin depuis quelques temps déjà et depuis mai 2012 en particulier.

Elle s’affiche sur les vitrines de tous ces magasins où « tout doit disparaître » non pas avant travaux comme c’était souvent le cas, mais bel et bien pour fermeture définitive. La France part à vau l’eau et ce n’est apparemment pas du « bashing » comme la presse se plaît à le dire aujourd’hui mais le constat en bonne et due forme d’une réalité dont les économistes dignes de ce nom nous font part chaque jour.

 

Rien n’a été fait semble-t-il de ce qui devait l’être et il est fort probable que c’est seulement quand elle aura vraiment touché le fond que la France pourra enfin se relever. Les socialistes et leurs erreurs groupées d’analyse, de calcul et de projet ne s’en remettront pas, et c’est tant mieux.  Peut-être retrouverons-nous alors de ces libertés sans lesquelles nulle entreprise ne peut se mener. Ce sera dur, car nous aurons beaucoup perdu, à cause de quelques uns seulement bien installés « à vie » dans les rares privilèges arrachés de haute lutte pour leur seul avantage. Je n’ai pas besoin de nommer ceux que chacun de mes lecteurs reconnaîtra. Ils ont pris depuis si longtemps la France en otage…… qu’elle n’en peut plus, la France.

 

Mais ce n’est pas seulement de libertés que l’on nous a privés, mais aussi, et chaque jour ou presque davantage, de ces fameux « repères » que sont pour l’être humain civilisé les valeurs qui nous ont forgés comme ils ont forgé notre société : Le mariage, la famille, la filiation, la différence, la patience, l’effort, l’initiative, le travail, l’honnêteté, la vertu, la pudeur, la discrétion, le goût, l’élégance, la beauté, l’honneur, la dignité. Jusqu’à la mort qu’il ne faut plus attendre mais qu’il faudra désormais précéder.

Oui, tout doit disparaître de ce qui fut une civilisation qui tentait de « tirer » les hommes vers le haut. La vulgarité, le clinquant, la laideur s’imposent peu à peu dans les derniers bastions de ce qui faisait « la culture » tirée chaque jour davantage vers le bas, comme l’éducation dont l’effort est proscrit au profit d’un apprentissage « ludique », accessible au plus grand nombre.

 

Tout doit disparaître de ce qui faisait un équilibre social rarement atteint il y a cinquante ans, au profit d’une soi-disant « égalité  de droits » dont chaque action de justice nous démontre le contraire. Au profit d’une assistance et d’une prise en charge inconditionnelle d’individus qui s’arrogent désormais ce droit sans contre partie mais aussi sans égard pour ceux qui les financent.

Oui , tout doit disparaître de ce qui a fait une Histoire, la nôtre, dont on s’ingénie sans cesse à vouloir effacer ce qui « fâche » pour n’en exalter que ce qui peut flatter les pouvoirs en place. Comme ces nouveaux territoires, dessinés en vitesse sur un coin de table, au mépris complet de leurs habitants et surnommés « Régions Voltaire » en mémoire d’une certaine « promo » du même nom.

Oui tout doit disparaître.

Je me demande d’ailleurs, à ce point, si je ne le devrais pas aussi.

Publicités

Ajouter un commentaire ou me contacter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s